Les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques ou SOPK sont plus susceptibles d’être en surpoids ou obèses et leurs symptômes s’aggravent davantage. Qu’est-ce qui cause ce gain de poids ? Comment la perte de poids peut-elle aider ? Et comment les femmes peuvent-elles perdre les kilos en trop pour améliorer ce qu’elles décrivent comme des symptômes pénibles ?

Le SOPK est la maladie hormonale la plus répandue chez les femmes en âge de procréer. Les symptômes comprennent des menstruations irrégulières ou des signes de taux élevés d’hormones mâles, tels qu’une croissance excessive des cheveux ou une acné sévère. Les femmes éprouvent de la peine à gérer ces symptômes, car elles sentent que leur identité féminine est remise en question.

La prise de poids aggrave-t-elle les symptômes ?

Les femmes en surpoids atteintes du SOPK ont généralement des symptômes plus graves. La question est de savoir si la prise de poids aggrave les symptômes ou si le SOPK lui-même entraîne une prise de poids chez la famme.

Voici une vidéo présentant cette maladie :

Une étude a montré que l’augmentation de l’IMC chez les femmes âgées de 14 31 ans était associée à une probabilité plus élevée de règles irrégulières, de croissance excessive des poils ou de diagnostic de SOPK.

Cette maladie entraîne-t-elle une prise de poids ?

Beaucoup de femmes atteintes du SOPK disent avoir beaucoup de difficulté à perdre du poids, mais on ne comprend pas tout à fait pourquoi. Les femmes atteintes ont les mêmes taux métaboliques que les femmes en bonne santé.

Elles consomment un peu plus de calories. Cela pourrait conduire à prendre deux à trois kilos supplémentaires sur un an. Les femmes atteintes du SOPK peuvent avoir différents niveaux d’hormones qui contrôlent l’appétit, et les niveaux élevés, pourraient augmenter l’appétit pour les aliments riches en gras.

Tania
Je suis Tania, blagueuse sur UneFille.fr ! Je partage mes astuces de filles, mes conseils, mes trouvailles... Tout ce qui peut être utile !